GOSSELIN Laurent

Professeur des universités

laurent.gosselin@univ-rouen.fr
Téléphone pro

Université de Rouen Normandie - IRED
7, rue Thomas Becket
76821 MONT SAINT AIGNAN Cedex

Télécharger le CV : 
Profil et recherches : 

Professeur classe EX2

Docteur Honoris Causa de l’Université d’Uppsala en 2018. http://www.uu.se/en/news/news-document/?id=9446&typ=artikel

Médaille de bronze du CNRS en 1999

 

Sémantique du temps, de l'aspect et de la modalité

Toute ma recherche, depuis 1990, s’inscrit dans le cadre d’un même projet à très long terme : construire un modèle global du TAM (temps, aspect, modalité) en français. Ce projet a donné lieu à la publication de cinq ouvrages et de nombreux articles. Il oriente aussi mon activité de directeur de recherches.

J’ai tout d’abord construit un modèle (SdT : Sémantique de la Temporalité) du temps et de l’aspect en français. Il s’agit d’un modèle néoreichenbachien utilisant des structures d’intervalles, et des principes de sémantique instructionnelle. Ce modèle s’appuyait sur un logiciel (un système expert) qui m’avait permis de valider empiriquement les hypothèses proposées (dans un cadre hypothético-déductif, falsificationniste). Les résultats ont été présentés dans un ouvrage (cf. Gosselin 1996 : Sémantique de la temporalité en français, Duculot). Ce modèle a ensuite été appliqué à des langues diverses (arabe, chinois, japonais, berbère...) ; il a donné lieu à des implémentations informatiques plus élaborées (deux thèses d'informatique); il a été étendu en direction de la modalité (cf. Gosselin 2005 : Temporalité et modalité, De Boeck)..

C'est ainsi que dans les années 2000, j’ai élaboré un modèle global de la modalité (prise au sens large, comme validation/invalidation d’un contenu représenté). Le problème épistémologique général posé par les modalités linguistiques tient à l’hétérogénéité de cette catégorie. Plutôt que d’opter pour une conception restreinte (aux modalités logiques), j’ai choisi de recourir à des outils conceptuels issus de l’intelligence artificielle, qui permettent de traiter de façon nomologique (i.e. par des systèmes de règles) des phénomènes hétérogènes. Pour ce faire, j’ai utilisé une architecture modulaire et le métamodèle des « espaces conceptuels » de Gärdenfors (2000). Ce nouveau modèle (appelé TMM pour « théorie modulaire des modalités ») est présenté de façon détaillée dans Gosselin 2010 : Les modalités en français, Brill-Rodopi. Il s’appuie à la fois sur la tradition grammaticale et sémantique française (en particulier Brunot et Bally) et sur la tradition philosophique d’analyse des modalités (Aristote, Kant, Reichenbach, von Wright...).

Au cours des années 2010, j'ai repris et approfondi des questions concernant l'aspect en français. Ces recherches ont conduit à la publication de deux ouvrages : Gosselin et al. 2013 : Aspects de l'itération. , L’expression de la répétition en français : analyse linguistique et formalisation, Peter Lang ; et  Gosselin 2021: Aspect et formes verbales en français, Classiques Garnier. Ce dernier ouvrage propose à la fois une introduction au domaine de l'aspectologie, et une application au système des formes verbales du français, pris dans toute son étendue (formes simples, composées et périphrastiques).

Je travaille actuellement sur les périphrases verbales (un numéro de Langue Française, codirigé avec Thomas Bertin est soumis).

Dernières publications : 

Gosselin, Laurent (2021), Aspect et formes verbales en français, Classiques Garnier, Paris, 280 p. https://classiques-garnier.com/aspect-et-formes-verbales-en-francais.html

Gosselin, Laurent (2020) : "L'Aspect verbal", in Encyclopédie grammaticale du français, en ligne: encyclogram.fr, 34 p. http://encyclogram.fr/notx/033/033_Notice.php

Gosselin, Laurent (2020) : "Les périphrases aspectuelles", in Encyclopédie grammaticale du français, en ligne: encyclogram.fr, 39 p. http://encyclogram.fr/notx/034/034_Notice.php

Gosselin, Laurent (2020) : "Les modalités dans l'Etranger et l'expression de l'absurde", in E. Corre, D.-T. Do-Hurinville, et H.-L. Dao (eds), The Expression of Tense, Aspect, Modality and Evidentiality in Albert Camus’s L'Étranger and Its Translations, J. Benjamins, Amsterdam/Philadelphia, pp. 267-281.

Gosselin, Laurent (2019) : « Le futur antérieur d’un point de vue systémique », Langue Française n° 201, pp. 31-46.

Gosselin, Laurent (2018) : « Le conditionnel temporel subjectif et la possibilité prospective », Langue Française n° 200, pp. 19-33.

Gosselin, Laurent (2018) : « Quand nommer, c’est juger. Les jugements de valeur internes aux noms d’humains », in C. Schnedecker et W. Mihatsch (éds), Les noms d’humains – théorie, méthodologie, classification, De Gruyter, Berlin/Boston, pp. 44-101.

Gosselin, Laurent (2018), « French expressions of personal opinion: Je crois / pense / trouve / considère / estime que p », in Z. Guentcheva (éd.) : Epistemic Modality and Evidentiality in a Cross-Linguistic Perspective, De Gruyter, Berlin/Boston, pp.179-195.

 

Champs de recherche : 
  • temporalité
  • aspectualité
  • modalité
  • sémantique
  • modélisation
  • causalité